Home Blog L’avenir d’EDIFACT avec la réforme de la Facture Electronique Obligatoire

L’avenir d’EDIFACT avec la réforme de la Facture Electronique Obligatoire

EDIFACT

Dans les salons et les posts sur les réseaux sociaux, on entend souvent cette phrase : EDIFACT et la facture, c’est fini.

 

Cette belle histoire d’amour de 10 ans (enfin beaucoup plus si on ne prend en compte que la facture EDI) prend fin avec la réforme de la facturation électronique française et Factur-X.

 

Qu’en est-il ?

Et bien… on en reparlera dans 10 ANS.

Qu’est-ce que la norme EDIFACT ?

 

EDIFACT est une norme EDI, vieille de 30 ans, qui a eu son lot d’évolutions et d’apports d’utilisateurs que ce soit pour la facture ou d’autres messages.

 

 

Le contenu d’une facture EDIFACT :

 

Aujourd’hui dans une facture EDIFACT, nous pouvons mettre beaucoup de choses; et certains secteurs ou certaines entreprises ne s’en sont pas privés.
La richesse d’un message INVOIC EDIFACT permet de mettre, outre les informations commerciales ou fiscales, toutes sortes de données nécessaires à l’acceptation des factures et leur intégration dans les SI et ce, toujours sous format structuré.
Aussi, on pourra y trouver des numéros de BL ou des identifiants de transports ou autres références variées nécessaires à l’identification du bien ou du service, des numéros de colis, des résultats de test ou des paramètres chimiques. On pourra mettre en évidence des poids variables et  justifier des différences de volume ou de taille entre la commande et la facture…

 

 

Les différences entre facture EDIFACT et les formats du socle :

 

La facture CII XML, composante du Factur-X n’a pas cette richesse même dans ses profils les plus avancées.

Il y a, certes, la magique « Note de facture » mais constituée d’une zone de texte de 1024 caractères, loin de la précision apportée par les qualifiants et segments EDIFACT.

 

Différentes organisations se sont engagées dans des travaux de correspondance entre EDIFACT et les formats du socle (Factur-X, UBL et CII XML) et le constat est là : ça ne rentre pas ou mal.

 

Et puis, les donneurs d’ordre ont leurs petites habitudes : leurs messages EDIFACT marchent très bien et rentrent parfaitement après traduction dans leurs ERP ou leurs systèmes comptables.

 

Donc pour le moment, la conclusion est évidente : on garde EDIFACT.

 

 

Et si vous contourniez la PDP ?

 

Certains essayent néanmoins de contourner l’obstacle pour éviter de passer par une plateforme de dématérialisation partenaire (PDP), car là est l’enjeu : se passer d’une PDP et tout faire passer par le portail public de facturation (PPF). Alors on va essayer de contourner.

 

 

1er argument :

 

La PDP du destinataire doit pouvoir faire de la traduction. Donc si le destinataire attend un message EDIFACT, sa PDP n’aura qu’à retraduire le CII XML en EDIFACT !

Oui mais euh… on vient de dire qu’il n’y avait pas toutes les données dans le CII XML.

Et la création de données ex-nihilo, seule mon amie Mao la magicienne sait le faire, pas un traducteur EDI. Sans parler qu’on rajoute une étape dans le traitement de la facture avec tous les risques d’erreurs, de litiges… Il y a peut-être la possibilité de récupérer en OCR les données du PDF A/3 mais là on se lance dans un système lourd et complexe . Donc fausse bonne idée.

 

 

2eme argument :

 

Il n’y a qu’à joindre le message EDIFACT en tant que pièce jointe à la Factur-X. Alors là, bravo. On doit reconnaître que l’idée tient la route. C’est certes un peu tordu, totalement dans l’esprit français consistant à contourner la règle. Car rappelons-le : tout le challenge est d’éviter une PDP, seule à pouvoir manipuler de l’EDIFACT.

 

Mais ça peut marcher. Le PPF laisse passer le Factur-X avec la pièce jointe, la PDP destinatrice détache le message EDIFACT et le tour est joué. Oui mais… La facture « originale » est le Factur-X, donc le lisible et le CII XML. Pas la pièce jointe.

 

Si le message EDIFACT est différent du CII XML (croyez-moi, ça arrivera : 2 mappings différents, 2 risques d’erreur) et si c’est ce message qui est utilisé pour l’intégration, que se passe-t-il en cas de litige ? Le risque de refuser une facture pour une mauvaise donnée et donc une mauvaise raison n’est pas négligeable !

 

Si on reprend le cas des données structurées EDIFACT transposées en texte libre en CII XML, ce seront les données en texte libre qui feront foi. Et si le fournisseur se défend en arguant que les données du Factur-X sont les bonnes, que l’EDIFACT n’a pas de valeur, il aura raison. Il faudra aller chercher l’erreur, les différences entre les deux formats structurés pour régler le litige.

 

En conclusion, l’idée si séduisante techniquement n’est pas si bonne finalement.

 

Donc faites confiance à votre PDP pour manipuler vos factures EDIFACT et continuez à utiliser cette norme si vous en avez l’habitude et l’usage. Rien de mieux que l’original.

 

 

FAQ

Qu'est ce que la facture électronique ou E-Invoice ? 

Qui est concerné par la facture électronique ?

Quel est le calendrier de la réforme de la facturation électronique ?